//
vous lisez...
philosophie, politique

Critique de la politique par Miguel Abensour [1974]

La critique de l’économie politique n’inclut pas et ne peut inclure la critique de la politique qui faisait partie intégrante et distincte du projet du jeune Marx, dans les grands textes de 1843 et 1844. Visant à récupérer cette dimension perdue, ou, à dessein, occultée, la critique de la politique se fonde sur la distinction essentielle de la domination et de l’exploitation. Ensemble de phénomènes différents, concept autre, la domination ne peut ni se réduire ni à l’exploitation, ni être considérée comme en dérivant, même si d’aucuns concèdent l’autonomie relative du politique.

Outre son objet propre – la structure historique spécifique de la domination-esclavage – la critique de la politique se définit:

– par le refus de la sociologie politique, en tant qu’instance de refoulement des questions critiques énoncées par la philosophie politique : prétendant édifier une science du politique, elle tend à faire de la politique une science;

– par le choix d’un point de vue: écrire sur le politique du côté des dominés, de ceux d’en bas pour qui l’état d’exception est la règle;

– par l’interrogation génialement formulée par La Boétie: pourquoi la majorité des dominés ne se révolte-t-elle pas?

En vue d’opérer une percée nouvelle, cet effort critique entend se déployer dans trois directions principales:

A l’écart du politisme, une critique sociale de la domination qui, dans le sillage de l’École de Francfort, prend pour hypothèse de départ l’existence d’une tendance à la domination totale dans le monde contemporain, sous quelque régime politique que ce soit. Cette critique s’attachera à dévoiler, au-delà des justifications idéologiques, les formes nouvelles de domination en relation avec le déplacement du politique et le règne universel de la bureaucratie. L’ambivalence des structures de domination exigera de procéder à une enquête sur la généalogie des formes historiques du politique. Loin de se limiter à la critique pourtant fondamentale de l’État, cette critique sera aussi polymorphe et diverse que la structure complexe de domination qu’elle s’efforcera de mettre au jour.

Une critique de la raison politique qui, à travers les grands textes qui, au cours de l’histoire, ont constitué cette raison, rendra vie aux critiques théoriques de la politique, et plus encore, s’interrogera sur les points aveugles de la pensée occidentale du politique, sur les relations de la philosophie et du politique, et tentera de cerner les racines théoriques de la domination.

Une reconstitution des critiques pratiques de la politique, à savoir, des mouvements sociaux qui, lors des différentes insurrections et révolutions de l’histoire, fidèles à la résolution ni Dieu ni Maître, ont attaqué en acte la structure même de la domination et, plutôt que d’installer un nouveau pouvoir coercitif, ont tenté d’abolir la division entre maîtres et esclaves.

Au lieu de poursuivre la réhabilitation de la politique comme s’y emploient divers courants modernistes, c’est à écouter les projets qui tentent de briser les « chaînes de l’esclavage » que se consacrera la collection Critique de la Politique, attentive à dénoncer les entreprises qui, instaurant une confusion entre la subversion de la société et la transformation ou la modernisation de l’État, barrent, sous le couvert de l’émancipation politique, la voie de l’émancipation humaine.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 52 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :