//
vous lisez...
Uncategorized

Jacques Rancière à propos de Finkielkraut : « il a détourné la laïcité de son sens » [avril 2015]

Ranciere

Le Point : Comment voyez-vous l’évolution intellectuelle d’Alain Finkielkraut ?

J.R. : J’ignore ses motivations personnelles. Je sais seulement comment ont évolué beaucoup de jeunes gauchistes qui avaient à l’époque le sentiment d’être dans le sens de l’Histoire. Quand ils ont vu les choses tourner autrement, ils ont pris en haine le peuple ouvrier, qui avait trompé leurs espérances, et les théories révolutionnaires qui les avaient suscitées. Ils se sont mis du côté des vainqueurs. Mais ils ne pouvaient pas simplement revenir à l’ordre existant. Il leur fallait toujours jouer, à leurs propres yeux, les esprits subversifs. Ils sont alors devenus non d’honnêtes conservateurs, mais des réactionnaires enragés. Ils ont assimilé la liberté à la conduite de l’individu égoïste insoucieux du bien public. Et dans toute mesure destinée à combattre les inégalités – parité homme-femme, discrimination positive ou autre – ils ont dénoncé un « communautarisme » fatal à la République. Ils ont fini par faire de l’égalité le péril suprême pour la civilisation.

Le Point : En quoi sa défense de la laïcité serait-elle réactionnaire ?

J.R. : La laïcité a été détournée de son sens. Elle signifiait jadis que l’Etat n’imposait aucune religion aux élèves. Cela n’empêchait pas l’école publique de respecter les fêtes chrétiennes et de servir du poisson le vendredi. Les intellectuels républicains ont déclaré que c’était aux individus d’être laïques et ont identifié cette obligation à une prohibition vestimentaire qui ne pouvait concerner qu’une population bien spécifique. L’universalisme laïc est ainsi devenu son exact contraire, un moyen de rejeter une partie de notre société, par ailleurs la plus pauvre.

Le Point : Les 25% du FN ne lui donnent pas raison ?

J.R. : Spinoza disait que les prophètes n’avaient pas eu de mal  à prophétiser les malheurs d’Israël, puisqu’ils en étaient les premiers responsables. Les grandes campagnes « républicaines » ont travaillé activement à créer l’atmosphère délétère au sein de laquelle le Front National a pu prospérer. Mieux encore, elles ont fourni à celui-ci les moyens de prendre son visage respectable. Le Front National a parfaitement compris l’avantage qu’il y avait à troquer la vieille défroque des arguments racistes, pour les habits neufs de la laïcité et de la République.

alain-finkielkraut-apostrophes-3156180-jpg_280934496518

couv

Publicités

Discussion

Une réflexion sur “Jacques Rancière à propos de Finkielkraut : « il a détourné la laïcité de son sens » [avril 2015]

  1. Oui, enfin bon… en théorie peut-être, parce qu’en pratique, si l’école commence à se plier à toutes les règles culinaires des religions possiblement présentes, le budget des mairies va exploser, sans compter la logistique nécessaire. On sait très bien qu’à un moment le bons sens économique et démocratique voudra que la religion la plus représentée impose son modèle.
    Donc non, je trouve que le devoir de neutralité de la laïcité à l’école ou en société dans l’espace public est plus garant d’égalité pour l’avenir, indépendamment de ce que peuvent en penser Finkielkraut ou Rancière.

    Idéalement, je souhaiterais même que la religion reste une pratique personnelle, qu’elle ait ses lieux de culte mais en dehors, qu’elle n’ait aucune velléité ou considération pour les individus dans le cadre social : pas de discrimination selon l’état d’un individu (son sexe, attirances sexuelle, taille, origine…). Pas de considération religieuse non plus sur des fonctionnement de la société, notamment sur l’abattage des animaux dont les seules considérations à avoir sont celles, éthiques, de la considération d’un être vivant et sensible.

    Je pense cela, je voudrais cela pour une société égalitaire et juste. Je le revendique et je refuse pour cela d’être taxé de quelconque racisme, phobie ou rejet (et je refuse qu’on qualifie ces deux dernières notions de la même valeur éthique et juridique que la première, ce qui serait un appauvrissement de la langue, et donc des échanges futurs).
    Mon seul soucis est d’aller dans le sens d’un projet de société issu de courants de pensées du siècle des Lumières et de multiples avancées sociales intervenues depuis et dont la base est une considération objective des individus dans leur liberté d’action.

    Je dis ça en revendiquant être Français(e), européen(ne), sans que ça n’engage ma religion, mon sexe, mon régime alimentaire, mon origine, mes attirances sexuelles, ma couleur de cheveux, ou même mon bord politique.

    Publié par totoro | juillet 21, 2015, 11:57

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Rejoignez 55 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :